Réseau de plomberie : Les techniques et traitements des eaux usées

Solliciter Plombier Saint-Léonard, spécialiste en traitement de l’eau

Réseau de plomberie : Les techniques et traitements des eaux usées

La collecte des eaux résiduaires est une obligation légale. Elle constitue un enjeu de qualité de la ressource, notamment dans les zones d’habitat concentré. C’est pourquoi, depuis 1992, la loi exige que tous les immeubles doivent être reliés à un réseau d’assainissement collectif. Dans les zones d’habitat dispersé, l’installation peut être autonome ou semi-autonome. À travers ce guide, vous comprendrez les techniques et traitements des eaux usées, allant de leur collecte à leur envoi vers les stations d’épuration.

Le cycle de traitement et les procédés

Les assainissements, qu’ils soient collectifs ou autonomes, ont un seul et même but, celui de collecter les eaux usées et de procéder à leur évacuation. Ils épurent ce flux de liquide en éliminant leurs polluants avant de le rejeter en milieu naturel. Les collecteurs exécutent naturellement le transport sous l’effet du poids. Ils peuvent relativement envoyer sous pression ou sous dépression les eaux-vannes vers la station d’épuration. Néanmoins, certaines configurations ne contribuent pas à un écoulement satisfaisant. Par conséquent, il faut avoir recours aux procédés de pompage et stations de relèvement.

Sans régulation du flux ou du mélange d’eaux usées et pluviales, les zones d’habitat s’exposent à l’inondation. Parfois, le problème se limite à un simple dysfonctionnement des stations d’épuration. Dans ce cas, il est indispensable d’utiliser des équipements qui vont comprimer l’arrivée des eaux importantes et soudaines.

Le pompage : le procédé de pompage consiste à pomper l’eau pour la conduire sans problème vers le site de transformation.
Les stations de relèvement : Il s’agit d’une installation privée comportant une ou plusieurs pompes, un puisard et un dispositif de mesure de type analogique ou TOR. Ce système sert à remonter les eaux qui n’ont pas dépassé le niveau de refoulement.
Techniques de traitement intensives et extensives : lorsqu’il y a beaucoup d’eau à traiter, il faut rapidement adopter des techniques typiquement intensives comme les boues activées. Les produits chimiques spécifiques et les bassins d’aérations vont aussi accélérer l’épuration. Quant aux solutions extensives, elles demandent du temps et d’espace, à savoir le lagunage.
Le lagunage : c’est une technique naturelle de transmission des eaux résiduaires qui vise à les transiter dans des « tampons ». Le principe du lagunage est donc de créer des bassins de rétention.

Les traitements épuratoires des eaux usées

Avant le traitement des eaux usées, les installations d’assainissement assurent le prétraitement. Il s’agit de retenir les solides de taille importante par le dégrillage. Quant aux corps fins comme le sable et les graviers, ils subissent un lavage (dessablage) tout en traversant un canal à une vitesse modérée. Ils seront envoyés en décharge ou soumis au recyclage selon leur qualité. Les eaux seront également séparées des matières flottantes en surface sous l’effet du déshuilage ou dégraissage. L’injection de bulles aide à filtrer les impuretés. Et par suite, une partie d’elles vont être incinérées et une autre ira au dépotoir.

Un prétraitement des eaux industrielles s’avère crucial pour l’environnement. Des boîtes à graisse devront être branchées au circuit de canalisation des restaurants. Dans les stations-services et aéroports, les séparateurs à hydrocarbures constituent le meilleur ouvrage de décrassement. L’intrusion de matières indésirables (sable, graisse…) est conséquemment freinée, ce qui prévient la pollution et la corrosion. Pour une intervention de dépollution ou d’installation de plomberie, faites appel à un professionnel.

APPELLEZ MAINTENANT !